Nos formations

L'école du GLEM

Autres formations

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 159 membres


Connectés :

  membresDECHAZOURNES
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
287 Abonnés

Vient de sortir.

 

Livre.jpgRésumé de l’ouvrage :

Le soin par la lumière est en plein essor, qu'il s'agisse de luminothérapie ou de chromothérapie, bien que la rigueur scientifique peine encore à reconnaître ces techniques, ne parvenant pas vraiment à en discerner les avantages, les inconvénients et surtout les limites. La médecine photonique s'en départit en ce qu'elle n'utilise pas la couleur en tant que telle mais module l'émission de photons via des disques colorés activés par un éclairage approprié.

Outre l'aspect original de ce mode d'émission que l'on peut quantifier, la médecine photonique se caractérise par la possibilité d'encadrer, de suivre et de diriger l'usage des photons grâce à une méthode exploratrice spécifique et rigoureuse. Il s'agit d'une technique authentique fondée sur la réorganisation énergétique et fonctionnelle de l'activité des électrons. La thérapeutique photonique se révèle très efficace à l'égard des accidents traumatiques, des processus infectieux et fébriles, des phénomènes douloureux aigus ou des manifestations allergiques.

De nombreuses autres applications sont en cours d'expérimentation avec des résultats très prometteurs. Fruit de cinquante années de recherches et de pratique, la médecine photonique (ou photonomédecine) est la quintessence de la chromothérapie. Aucun autre processus d'exploitation des couleurs ne permet une telle précision. Cet ouvrage à vocation scientifique et pédagogique ouvre une voie thérapeutique alternative porteuse d'espoir.
Livre co-écrit avec les Docteurs Pascal Vidal, docteur en médecine, homéopathe, acupuncteur et auriculothérapeute et Pascal Bécu, docteur en médecine vétérinaire et auriculothérapeute.

Si vous êtes intéressé, si vous voulez commander cet ouvrage, rendez-vous sur 

http://photonomedecine.org/

-----------------

Ce message n'apparait qu'une seule fois pas session d'accès au site
Il disparaitra automatiquement au bout de 40 secondes.
Pour pouvez aussi cliquer sur le bouton fermer pour le faire disparaître immédiatement.

Fermer

Nous contacter

G.L.E.M.
Groupe Lyonnais d'Etudes Médicales

(Membre de la F.A.FOR.ME.C)
Association sans but lucratif.
Siège social:
49, Rue Mercière
69002 LYON
Téléphone : 04 72 41 80 08
Télécopie :  04 78 37 55 13

Site web : glem.org

Secrétariat :
(Diana)
contact@glem.org

Webmaster :
(Michel MARIGNAN)
marignan@glem.org

Mentions légales

Site hébergé sur OVH

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Articles généraux - A propos du RAC

UN PETIT MOT A PROPOS DU R.A.C.

Magnin.jpgLe RAC (Réflexe Auriculo Cardiaque) nous offre selon moi, une perception exacte et précise des niveux de rupture de la résonance rythmique du flux vasculaire artériel dès lors qu’il est soumis aux accidents et lésions des structures tissulaires, organiques, fonctionnelles et de leur incidence sur ce flux.

Une manifestation d’alerte est aussitôt transmise par le Système Sympathique constitutif du Système Neuro-végétatif inhérent au tissu artériel. Rappelons-nous que le Système Neuro-Végétatif est porteur d’une fonction permanente de veille et de vigilance sur l’état de santé de l’organisme en terme de physiologie nerveuse.

L’alerte émise traduit le trouble perturbateur de l’harmonie tissulaire fondamentale et en exprime la réalité ou la permanence au niveau primaire du Cerveau, c’est à dire du Système Limbique. Il s’agit d’un phénomène général rendu possible par la localisation limbique des noyaux du Système N.V dans l’hypothalamus. Cette information a pour effet, outre de donner l’alerte, de mettre en oeuvre tout l’arsenal de défense ou de parade. L’information est d’autant plus exacte que le système N.V. sympathique est métamérique. Il favorise l’émission d’informations précises et localisées.

La perception du RAC par le truchement de l’interrogation du pavillon de l’oreille résulte de la fonction d’interface privilégié du système limbique que l’oreille parenchymateuse peut offrir. Le RAC doit donc être retenu comme étant un mode de signalisation, d’identification et localisation des territoires ou tissus parasités ou abîmés. Il en permet le suivi évolutif ou thérapeutique. Il permet d’apprécier la guérison ou la rémission du trouble. Ce mécanisme doit être interprété comme un phénomène de résonance fluidique, ce qui peut expliquer l’impossibilité d’en obtenir un enregistrement mécanique systématique. D’ailleurs il en est de même de l’auscultation dont il représente une sorte de généralisation organique.

Quand, le premier, Leriche décrivit ce phénomène en 1917, il l’avait présenté comme une réaction purement locale, alors qu’elle est générale puisque le déclenchement du RAC sur n’importe quel territoire, le plus fin soit-il, détermine sa perception sur l’ensemble du réseau artériel.

Le RAC ou VAS (Vascular Autonomic Signal) doit être considéré comme le moyen naturel de contrôle lésionnel de l’organisme. Il confère toute sa valeur et sa spécificité exploratrice et thérapeutique  à l’auriculomédecine.

Professeur Pierre Magnin
Doyen Honoraire de la Faculté de Médecine de Besançon.

Date de création : 24/09/2011 @ 21:55
Dernière modification : 21/10/2011 @ 20:09
Catégorie : Articles généraux
Page lue 9117 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 
^ Haut ^